Tout savoir sur la sieste chez l'enfant !

Publié le : 09/08/2018 12:36:40
Catégories : Sommeil Enfant

Tout savoir sur la sieste chez l'enfant !

Encore aujourd’hui la majorité des parents considère le sommeil comme une simple pause, un temps d’arrêt dans la journée. Pourtant et bien que cela ne saute pas aux yeux, beaucoup de choses se passent pendant le sommeil ! Et encore plus chez nos loupiots. La sieste chez l’enfant est extrêmement importante de 0 à 4-5 ans. En plus des effets positifs sur la mémoire, elle permet même, contrairement aux idées reçues, de s’endormir plus facilement le soir venu.

La sieste chez l'enfant : un besoin physiologique

Les parents le savent bien : le sommeil est bien plus qu’une simple période de “ repos ” pour récupérer et attaquer la journée suivante en pleine forme. Le besoin de dormir est aussi important que manger ou se sentir aimé ! En effet c’est pendant cette période que votre enfant grandit aussi bien mentalement que physiquement. Le sommeil permet à l’enfant :

  • de sécréter l’hormone de croissance, pour bien grandir et renforcer son ossature.
  • de récupérer de sa journée. C’est à ce moment que le corps combat les virus et cicatrise les petits bobos de la journée.
  • de développer sa mémoire en traitant les informations emmagasinées dans la journée.
  • d’être plus stable émotionnellement.

Le sommeil joue énormément ! Après une nuit blanche, qui ne s’est jamais senti grognon ou manquant de concentration au travail ? Pourtant bien qu’une bonne nuit de sommeil suffise à un adulte pour récupérer, ce n’est pas suffisant pour un enfant et encore plus pour un bébé. C’est là qu'interviennent les siestes et le sommeil diurne pour permettre à l’enfant de se développer à son rythme.

La sieste, jusqu’à quel âge ?

Chaque enfant est différent et possède des besoins en sommeil qui lui sont propres. Si vous remarquez des signes de fatigues (colères, irritabilités, pleurs, bâillements), et que votre enfant dort plus de 8h le soir, c’est sûrement qu’il a encore besoin d’une sieste dans la journée. Une surexcitation tous les jours à la même heure peut être le premier indice que le sommeil nocturne ne suffit pas à votre enfant. À vous d’observer attentivement votre tout-petit pour savoir si une sieste supplémentaire est nécessaire ou pas. Bien que votre bébé possède son propre profil de dormeur voici quelques repères représentant une moyenne du nombre de siestes en fonction de l’âge :

De 0 à 3 mois : bébé a besoin de 4 à 6 siestes par jour.

De 3 à 6/9 mois : bébé demande trois siestes par jour généralement une le matin, une en début d’après-midi et la dernière un peu plus tard dans la journée.

De 9 à 18 mois : bébé n’a besoin que de deux siestes : une le matin, l’autre juste après manger.

De 2 à 4 ans : l’enfant a encore besoin d’une sieste l’après-midi

Après 4 ans : l’enfant n’a besoin que d’une seule sieste dans la journée. Mais il se peut qu’il préfère aussi simplement un temps de repos, au calme pour se relaxer.

Bien évidemment si votre bout de chou demande explicitement plus de siestes, surtout ne l’en privez pas ! Il sait ce dont il a besoin pour grandir à son rythme.

Les bienfaits de la sieste sur la mémoire !

Le sommeil en général est composé de différentes phases : l’endormissement, le sommeil léger, le sommeil profond et enfin le sommeil paradoxal où le visage présente à la fois des signes de sommeil profonds et d’éveils. Ces phases permettent de récupérer physiquement mais aussi d’organiser et de traiter l’information.

Bien évidemment pour les enfants les effets réparateurs du sommeil sont décuplés : C’est pendant le sommeil que l’enfant sécrète l’hormone de croissance, lui permettant de grandir et de récupérer de sa journée. C’est aussi pendant le sommeil que le cerveau fixe les apprentissages de la journée. Mais alors pourquoi la sieste est-elle si importante ? Une bonne nuit de sommeil devrait suffire ? Eh bien non, figurez-vous que la sieste est aussi importante, notamment pour la mémorisation.

L’expérience scientifique :

Des chercheurs ont décidé de tester la mémoire de jeunes enfants. Dans la matinée, ils leur ont présentés un jeu de mémoire composé de 9 à 12 images. Chaque tout-petit devait mémoriser leurs emplacements pour recomposer à son tour le jeu complet. Aucune surprise, en fin de matinée, la plupart des enfants se souvenait du même nombre d’images. Puis la moitié est partie à la sieste tandis que les autres sont restés éveillés. L’après-midi, c’est sans conteste les enfants ayant été amenés à se reposer qui ont le mieux réussi l’exercice. Même le lendemain après une bonne nuit de sommeil, c’est encore ceux ayant fait la sieste qui ont le mieux réussi à se souvenir de la place des images.

Cette petite expérience démontre bien que la sieste joue un rôle aussi important qu’une bonne nuit de sommeil dans le processus d’apprentissage de l’enfant. Mais pour quelle raison ? Tout simplement la sieste favorise le passage des informations de la mémoire à court terme vers les régions du cerveau dédiées à la mémoire à long terme ! Résultat : la sieste améliore bien la mémorisation et l’apprentissage chez les tout-petits.

La sieste pour mieux dormir le soir ?

Deuxième préjugé : ne pas faire dormir son enfant la journée aurait tendance à le fatiguer et donc lui permettre de mieux dormir le soir.

Eh bien figurez-vous que cette information est totalement erronée. En plus de permettre une meilleure mémorisation la sieste amène votre enfant à mieux dormir le soir ! Premièrement, elle permet de calmer l’agitation et de se relaxer dans la journée. Se reposer permet d’entamer la fin d’après midi et le début de soirée plus calmement. Enfin l’absence de sieste oblige le cerveau à récupérer durant la nuit. Celui-ci va enchainer directement deux cycles de sommeils profonds pour fixer toutes les informations de la journée. Pourtant c’est lors du sommeil profond que l’enfant est le plus sujet aux fameuses terreurs nocturnes. Il aura donc plus tendance à se réveiller la nuit.

  • Astuce 1 : faites faire la sieste à votre enfant directement après le repas du midi, entre 12 et 15h. Il ne faut pas que la sieste arrive trop tard pour ne pas perturber la routine du coucher le soir.
  • Astuce 2 : évitez d’associer la sieste à une punition. Il faut que la sieste soit considérée comme une période agréable dans la journée. Vous pouvez-vous même faire la sieste pour montrer l’exemple ! La sieste a aussi des effets bénéfiques chez les plus grands.

Que faire s’il refuse la sieste ?

Il est important, même pour les plus grands de faire la sieste. Pourtant vers 2-3 ans, il se peut que votre bout’chou refuse de s’endormir et de se reposer. Mais une nuit de sommeil ne lui est pas encore suffisante ! Celui-ci risque alors de prendre l’habitude de moins dormir et cumulera de la fatigue qui se traduira par de l’excitation et de l’irritation. Pour faire face au refus il est important de lui faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’une punition. Faites la sieste directement après le repas pour profiter de la période de digestion !

Enfin évitez de le laisser dormir dans une chambre plongée dans le noir. Pour les plus récalcitrants, vous pouvez accepter qu’ils ne dorment pas mais leur demander de se reposer allongés pendant une période de 30 à 40 minutes.

La vidéo récapitulative de l'article !

REMI, reveil jour nuit enfant

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)