Les troubles du sommeil de bébé : conseils pour les parents !

Publié le : 08/08/2018 13:00:19
Catégories : Sommeil Bébé

Les troubles du sommeil de bébé : conseils pour les parents !

Le sommeil de bébé est une priorité pour tous les parents. Premièrement car un bébé qui dort bien est un bébé en bonne santé ! Deuxièmement car c’est aussi l’assurance de retrouver de longues nuits réparatrices après l’accouchement et les soins des premiers mois. Pourtant votre bout de chou peut présenter des difficultés lors de l’endormissement et avoir du mal à s’endormir seul. Alors que faire pour aider bébé à bien dormir ? Comment identifier et éviter l’apparition de troubles du sommeil chez bébé ? Revenons ensemble sur le sommeil de nos bout de chou et les facteurs qui peuvent perturber leur sommeil.

Identifier les troubles du sommeil chez bébé

Premièrement il est important de bien comprendre ce qu’est un trouble du sommeil et de ne pas les confondre avec les phases de sommeil agitées que connaissent les bébés lors de leurs premiers mois. Beaucoup de parents interprètent les phases de sommeil agitées comme des signaux d’éveil, de souffrance ou encore d’appel. Cela peut avoir de terribles conséquences car en réveillant votre bout de chou, vous empêchez l’alternance spontanée entre le sommeil paradoxal et le sommeil lent.

Stoppez dans son apprentissage du sommeil, bébé peut se mettre à pleurer, se fatiguant et n’arrivant plus à retrouver son rythme. Cela peut entraîner un cercle vicieux ou les parents vont chercher à comprendre les raisons de ses pleurs continuant à le réveiller et aggravant la situation ! Il est donc important de bien respecter les phases de sommeil agité de votre nourrisson. Intervenir n’est pas toujours nécessaire. Savoir se taire, ne pas bouger, attendre calmement que l’enfant s’apaise dans son rêve ou se rendorme s’il est réveillé n’est pas le plus facile. Il est important de ne pas intervenir trop vite !

Il est donc normal que votre bout de chou s’étire, grogne, devienne un peu rouge, baille tout en ramenant ses bras au niveau de son visage durant son sommeil. Ses yeux peuvent bouger, voir même s’ouvrir pendant quelques minutes. Le visage peut même être très expressif ! Mais ne vous méprenez pas : votre bout de chou est bien entre les bras de Morphée. Cette période dure entre 10 et 45mn, la durée moyenne étant d’à peu près 25mn.

Il est donc conseillé de bien respecter le sommeil de bébé et de suivre son rythme ! N’est considéré comme “trouble du sommeil”, seulement si votre bout de chou a du mal à s’endormir seul, s’il se réveille régulièrement durant la nuit et si ses réveils durent plus de 30 minutes.

Bébé dort sans trouble du sommeil

Trouble du sommeil : Bébé est trop fatigué pour dormir

Comme vu précédemment, il est facile de confondre sommeil agité et réveil. Cette erreur entraîne souvent l’une des première cause de trouble de sommeil chez bébé : le manque de sommeil. Votre bout de chou ne sait peut-être rien du monde extérieur mais il sait au fond de lui quand il a besoin de dormir et quand il veut explorer ce qui l’entoure. Être attentif à ses besoins est donc une priorité ! Les 9 premiers mois de vie, votre bout de chou ne comprend pas l’alternance jour et nuit. Il se repose sur son horloge biologique et se réveille généralement quand il a faim. La solution pour aider votre nourrisson à mieux dormir est donc d’éviter tout simplement de le réveiller de manière inhabituelle et de respecter son sommeil. Bien évidemment il est important de faire attention à tous les éléments qui pourraient nuire à la qualité de son sommeil (bruit, chambre etc…)

Trouble du sommeil : Bébé fait des cauchemars

Le sommeil des bébés de 2 ans peut aussi être troublé par des “cauchemars”. Votre bout de chou se met à crier en plein milieu de la nuit, à pleurer face à des images qu'il ne comprend pas. Pourtant là aussi il est important de bien savoir différencier chaque trouble. Tout ne peut pas tenir sous l'appellation de simple “cauchemars”.

Comme nous l’avons vu précédemment certains bébés ont des phases de sommeil agité ainsi que des éveils partiels mineurs. Il suffit d’attendre calmement quelques minutes que votre bout de chou se calme et retombe doucement dans les bras de morphée.

Les terreurs nocturnes sont aussi à différencier. Il s’agit du plus impressionnant de tous les troubles du sommeil. Les manifestations de l’enfant alarment toute la maisonnée. Il hurle, s’agite, paraît terrifié. Et pourtant : impossible de le réassurer ! Pris d’une panique indescriptible, aucune action ne semble pouvoir l’aider à retrouver son calme et les parents se rendent bien compte que cette absence de réponse est due à une absence de communication. Pourtant au bout de quelques minutes, votre bébé s'endort de lui-même. Le lendemain, tout est comme d’habitude et votre bout de chou ne se souvient de rien.

Ses terreurs nocturnes interviennent souvent entre 8 et 10 mois puis lors des 2 premières années. Ses terreurs nocturnes sont tout à fait normales et ne doivent pas inquiéter les parents hormis si elles se produisent très souvent.

Bien que les manifestations physiques soient très intenses, il faut ici aussi accepter de ne pas réveiller votre bout de chou. De toute façon, il ne vous voit pas, ni ne vous entend ! À la fin de l'épisode, il retombe dans son sommeil sans transition, sans angoisse, sans difficulté. Puisqu’il dort profondément, il ne mémorise rien et ne sait même pas que quelque-chose a pu arriver dans son sommeil et n’a pas du tout envie de le savoir.

Lors d’un cauchemar votre enfant est réellement réveillé et effrayé. Il peut à sa manière exprimer ce qui lui fait peur, en montrant du doigt l’origine de sa crainte ou avec quelques mots. Contrairement aux terreurs nocturnes, il sait ce qui lui fait peur et peut s’en souvenir longtemps. Pendant les 2 premières années de sa vie, votre bébé ne peut comprendre la notion de “rêve”. Tout ce qu’il voit est réel. Essayer de rationaliser ne sert donc à rien. Il sait ce qui est arrivé et a peur que ça recommence. Il faut donc le rassurer par votre présence ! Et surtout beaucoup de câlins. Si la peur est trop grande et s’il exprime le besoin de se rendormir à vos côtés, c’est qu’il a besoin de vous. Plus il sentira votre calme et votre amour, plus ses vilains cauchemars disparaîtront.

Trouble du sommeil : Bébé ne se sent pas bien

Enfin, il est possible que votre bébé ressente une gêne physique au moment d’aller se coucher. Difficile de s’endormir quand on sent que quelque chose ne va pas. Vérifiez bien la chambre de bébé (température, landeau etc…). S’il n’arrive toujours pas à s’endormir voici quelques pistes :

Les douleurs aux dents : Tous les bébés sont concernés par les poussées dentaires. Et pour certains, elles sont particulièrement douloureuses. Lorsque bébé s’allonge, la gêne peut encore s’accentuer. Ce qui rend l’endormissement très complexe. Pensez à surélever la tête de bébé à l’aide d’un gros coussin pour qu’il ait moins mal. Vous pouvez aussi utiliser des remèdes homéopathiques. Pour cela vous pouvez regarder notre article sur les troubles du sommeil et l’homéopathie. Et durant la journée, n'hésitez pas à lui remettre un jouet à mordre. La pression exercée sur les gencives est apaisante.

Les douleurs digestives : Lors de ses premiers mois de vie, l’enfant est souvent soumis aux fameuses coliques. Il pleure et se tortille dans tous les sens, dès la tombée de la nuit. Un petit massage sur le ventre, avant le coucher, peut le calmer. Vous pouvez aussi avoir recours à la technique de l’emmaillotage, un enveloppement qui sécurise bébé. Plus tard, l’enfant peut s’endormir difficilement si son repas comporte trop de protéines, de gras ou de sucres. Surveillez bien le contenu de son assiette !

Qui consulter face au trouble du sommeil de bébé ?

Il est nécessaire de consulter un spécialiste si :

  • Votre bébé met plus de 30 minutes à se rendormir, ses phases d’éveils durent plus de 25 minutes et ses réveils arrivent plusieurs fois par nuit.
  • Ses troubles du sommeil perturbent aussi le sommeil de toute la famille.
  • Ses troubles du sommeil ont des conséquences sur son état/humeur la journée
  • La santé de votre bébé vous inquiète.

Avant de consulter, il peut être intéressant de réaliser sur une 10aine de jours un agenda du sommeil. Indiquez l’heure de coucher, ainsi que le nombre de réveils et leur raison selon vous. Cela peut aider grandement un spécialiste à comprendre ce qui empêche votre bout de chou de s’endormir. Certains babyphones connectés proposent la fonction “suivi du sommeil” et réalise cet agenda pour vous en indiquant sur votre smartphone l’heure de coucher et de lever ainsi que le nombre de réveil intempestif.

QUIZZ - Chronotype sommeil enfant

QUIZZ - Chronotype sommeil enfant

Partager ce contenu