Sommeil enfant : comment retrouver des nuits douces et agréables ?

Publié le : 14/01/2019 17:23:39
Catégories : Sommeil Enfant

Sommeil enfant : comment retrouver des nuits douces et agréables ?

Le sommeil de votre enfant est perturbé ? Les nuits sont difficiles voire presque cauchemardesques ? Entre le rituel du soir qui dérape, les pleurs, les insomnies, les cauchemars, la comédie … Difficile de bien s’y retrouver lorsqu’il s’agit du sommeil de notre enfant. Soyez rassurez, vous n’êtes pas seuls ! Plus d’un enfant sur 3 âgé de moins de 7 ans présente des difficultés à s’endormir… Nous vous présentons ci-dessous les scénarios les plus courants ainsi que quelques astuces pour ramener le calme à la maison et voir enfin votre bout de chou dormir comme un petit ange !

Scénario 1 : Mon enfant est super excité le soir !

Votre enfant est un infatigable. Après une journée bien chargée, il déborde toujours d’énergie ! Il veut jouer, courir s’amuser… Et lorsque vous lui annoncez que c’est déjà l’heure d’aller au dodo, il vous regarde avec des yeux tout étonnés comme s’il pensait pouvoir faire la java toute la nuit !

Votre enfant a besoin de se détendre et/ou de dépenser l’énergie en trop qu’il a accumulée durant la journée. Pour l’aider à passer une bonne nuit, voici ce que vous pouvez faire :

Faites couler un bon bain : Rien de mieux qu’un bon bain chaud pour se détendre. Faites couler l’eau, créez une atmosphère douce avec un peu de musique calme et proposez à votre enfant de se reposer calmement et de réfléchir à un souvenir heureux par exemple. Un petit massage de la tête lors de la phase “shampoing” peut aussi l’aider à se calmer.

Créez une atmosphère douce : Souvent les enfants ont tendance à reproduire le comportement des parents. Faites votre propre analyse ! Avez-vous tendance à être insomniaque ? Le soir est-ce que vous êtes du genre super-dynamique à préparer rapidement le repas et les affaires pour le lendemain ? Si c’est le cas essayez de ralentir vos gestes, réduisez le bruit ambiant et parlez doucement. Encore une fois la musique est votre alliée ! Choisissez une musique agréable et reposante que toute la famille apprécie et mettez-là tous les soirs à peu près à la même heure. Votre enfant aura tendance à assimiler celle-ci avec le sommeil et ne s’endormira que plus rapidement.

L’histoire du soir : Une histoire est toujours agréable pour se déstresser et oublier les petits tracas de la journée. S’il sait lire vous pouvez vous créer un petit moment cocon avec chacun son bouquin ! Racontez-vous l’histoire après une petite demi-heure de lecture et hop au dodo !

Le sport pour se dépenser : Votre enfant a peut-être un trop plein d’énergie ! Se dépense-t-il suffisamment en semaine ? Il est scientifiquement prouvé qu’1 heure de sport, 3 fois par semaine aide grandement à s’endormir. Bien évidemment évitez toute activité sportive le soir pour ne pas avoir l’effet inverse.

ATTENTION : votre enfant peut refuser de s’endormir s’il est trop fatigué ! Le manque de sommeil se traduit souvent par de l’excitation, des pleurs etc… Avez-vous eu une semaine particulière ? Une soirée chez des ami(e)s où les enfants auraient veillé un peu tard ? Si c’est le cas, le seul remède reste la régularité ! C’est le véritable mot magique pour un sommeil sans soucis. Votre bout de chou doit aller au lit tous les soirs à la même heure si possible.

Scénario 2 : Il refuse obstinément d’aller au dodo !

Bien qu’il soit fatigué (bâillement, étirement etc…) votre enfant refuse d’aller au lit. Vous vous transformez alors en négociateur/négociatrice pour trouver la bonne carotte pour qu’il s’endorme en priant pour que ça ne se finisse pas encore avec les cris et les pleurs.

Dans ce cas, il est important de trouver le trouble à l’origine du refus et de lui faire comprendre que le sommeil c’est important surtout à son âge :

La petite discussion : Si votre enfant refuse subitement de dormir, il peut s’agir d’une petite angoisse passagère. Est-ce qu’il s’est passé quelque chose dans la semaine ? Une dispute à la maison ? Un changement d’environnement ? Sinon il peut peut-être s’agir d’un problème à l’école, avec la maîtresse, des copains/copines. Le seul moyen d’en être sûr reste encore de parler avec lui ! Faites jouer votre intuition et aidez-le à relativiser ses soucis. Un gros câlin pour le rassurer avant de le mettre au lit peut être un très bon remède !

Comprendre la notion du temps : Avant 7 ans, c’est encore difficile pour votre enfant de bien comprendre l’alternance jour/nuit. Pourquoi vouloir aller se coucher, alors qu’il y a encore tant de choses à faire ? Évitez de l’interrompre dans son activité avant de l'emmener se coucher et rappelez-lui régulièrement le temps qui lui reste avant d’aller se coucher. Vous pouvez utiliser des objets extérieurs comme des réveils jour / nuit pour cela. Grâce à REMI le réveil intelligent d’UrbanHello vous pouvez programmer des minuteurs et aidez-votre enfant à mieux comprendre la notion du temps.

Les bienfaits du sommeil : Peut-être ne comprend-il pas encore pourquoi il est si important de dormir ? Utilisez un semainier et demandez chaque matin s’il a bien dormi, s’il se sent en forme et s’il a passé une bonne journée. Montrez-lui que lorsqu’il dort bien, il est plein d’énergie pour passer une super journée le lendemain !

Enfant joue dans son lit

Scénario 3 : Il se réveille toutes les nuits !

Tout commençait bien. Votre enfant couché, vous vous installez confortablement dans votre fauteuil devant un bon film quand tout à coup vous entendez le grincement de la porte de la chambre. Pour découvrir votre enfant debout, en train de vadrouiller dans la maison.

Si votre enfant se réveille tout le temps en début de soirée, c’est peut-être qu’il n’est pas assez fatigué et qu’il a encore besoin de s’occuper. À l’inverse s’il se réveille tard dans la nuit, c’est peut-être parce que quelque chose le gêne dans sa chambre. Voilà quelques astuces pour en avoir le cœur net :

L’occuper avec une histoire : Si votre enfant a du mal à rester dans son lit, c’est peut-être qu’il a encore besoin d‘une petite occupation. Vous pouvez l’autoriser à jouer calmement dans sa chambre, faire un dessin ou lire une histoire. S’il est trop jeune, demandez-lui d’imaginer la suite de l’histoire que vous lui avez lu ou encore d’imaginer tout ce qu’il pourrait faire demain dans la journée ! De quoi faire travailler sa créativité tout en l’aidant à tomber dans les bras de Morphée.

Soyez calme mais ferme : S’il sort tout le temps de son lit, surtout ne vous énervez pas. Rappelez-lui l’importance du sommeil, qu’il sera fatigué demain et ramenez-le dans sa chambre. Attention le lit ne doit jamais être vu comme une punition ! C’est un endroit de détente où il doit se sentir à l’aise, son cocon à lui !

Quelque chose le dérange : La cause peut-être aussi plus évidente. Un lit trop petit, un mauvais oreiller peuvent empêcher votre enfant de s’endormir rapidement. N’hésitez pas à lui demander ce qui le gêne. Il est important que votre bout de chou s’approprie sa chambre avec les couleurs et objets qui lui plaisent.

Un manque affectif : Votre enfant a-t-il eu sa dose de vous ce soir ? Dès le lendemain, passez un moment un petit peu plus long avec lui pour discuter de sa journée et faire le plein d‘amour !

Scénario 4 : Il fait des cauchemars !

Encore une fois tout commençait bien, lorsque vous entendez des pleurs vers 1 ou 2 heures du matin. Vous vous levez pour voir ce qui ne va pas et voyez votre enfant paniqué à cause de ce cauchemar qui le hante depuis maintenant ⅔ jours…

Qui ne fait pas de cauchemars ? Votre enfant grandit et petit à petit, il apprend les bonnes choses de la vie mais aussi certaines peurs ou angoisses. Là encore, le meilleur moyen pour l’aider à bien s’endormir est d’avoir une discussion avec lui et de comprendre ce qui ne va pas :

Demandez-lui de raconter son cauchemar : La première étape, bien évidemment est de lui demander de vous raconter calmement son cauchemar. Insistez-bien sur le fait que ce n’est qu’un rêve et qu’il n’y a rien de réel ! Si le cauchemar se répète nuit après nuit, essayez aussi de repérer, sans s’improviser psychologue, des évènements qui auraient pu déclencher ses angoisses. Une dispute avec une copine dans la journée peut rapidement se transformer en une peur panique de retourner à l’école dans un rêve !

Donnez une fin heureuse au cauchemar : Vous souvenez-vous de cette scène d’Harry Potter, où les élèves faisant face à leurs pires cauchemars doivent lancer le sortilège magique “Ridiculous” pour transformer leur vilaine bestiole en quelque chose de drôle et amusant ? Reprenez-le avec votre enfant et changez ce vilain dragon en un petit chiot crachant du feu !

Créez un objet magique anti-cauchemar : Prenez une photo de vous que votre enfant aime et demandez-lui de décorer le cadre. Quand il a fini, posez-le près de son lit et dites-lui que Maman et Papa seront toujours là pour veiller sur lui et qu’il n’a pas à avoir peur !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)